Messe de la nuit de Noël

Le mardi 24 décembre 2019 vers 19h, la paroisse du Moufia nous a préparé une belle nuit de Noël.

L’histoire d’un brave cordonnier, une de ces histoires que vous n’oublierez jamais. Peut-être que notre histoire pourrait changer le cours de votre histoire. Voici ce qui est arrivé à un brave cordonnier, appelé Siméon.
Un brave cordonnier appelé Siméon se trouve seul, un soir de Noël. Il n’a pas d’enfants et sa femme l’a quitté pour d’autres cieux. Il est occupé à ranger son atelier quand tout à coup, une lumière étincelante envahit la pièce et il entend une voix lui dire :
Le Seigneur : « Siméon !... Siméon !... Je suis Dieu, et ce soir, je viens chez toi. »
Lecteur : Tout ébahi, le cordonnier se dit :
Siméon : « Dieu... ? Chez moi ! Quel honneur ! Dieu va venir chez moi. »
Lecteur : Siméon se met à nettoyer sa maison, à préparer une belle table et un repas plus copieux et savoureux que d’habitude.

Oh nuit d’allégresse ! Fils de Dieu, nos voix te chantent.
Oh nuit d’allégresse ! Sainte nuit, ciel en fête
Noël, gloire à Dieu !
Christ est venu, joie pour les hommes
Oh nuit d’allégresse ! Sainte nuit, ciel en fête.

Lecteur : Eh oui, Dieu va venir chez Siméon. Il faut bien l’accueillir. Bientôt, on frappe à la porte.
Siméon : « Le voilà qui arrive ! »
Lecteur : Il court ouvrir. Hélas ! C’est un enfant qui pleure.
Siméon : « Pourquoi pleures-tu mon bonhomme ? »
L’enfant : j’ai perdu mon chemin et maman va s’inquiéter. (l’enfant entre)
Siméon : Ne t’inquiète pas, je vais te ramener chez toi. (il reconduit l’enfant)
Lecteur : A peine de retour, voilà qu’on frappe de nouveau à sa porte. (bruitage) Il se précipite... (la vieille dame entre) Oh non ! C’est une vieille dame toute transie de froid.
La vieille dame : Bonsoir monsieur, il fait froid dehors. Je ne sais pas où aller. Vous n’auriez pas un petit coin où m’asseoir ?
Siméon : « Entrez, chère dame, vous n’allez pas rester dehors avec ce temps ! Venez prendre quelque chose de chaud, cela vous réchauffera. »
La vieille dame : Ça fait un bail que je n’ai plus de dents.
Siméon : Ah ! Vous n’avez plus de dents ! Vous prendrez bien une soupe bien chaude. (il lui présente un bol et la vieille dame boit)
Lecteur : Une fois réconfortée, l’ancienne le remercie et repart. (La vieille femme sort). Le temps passe et le petit cordonnier commence à s’inquiéter. Il fait les cent pas. Tout à coup, on frappe à la porte.
Siméon : « Cette fois-ci, c’est lui, j’en suis sûr ! »
Lecteur : Mais quelle surprise ! C’est un mendiant, et dans quel état ! Sale, avec de vieux habits tout rapiécés et des chaussures trouées.
SDF : S’il vous plaît, monsieur, j’ai besoin d’aide.
SDF : Faut que je vous dise, monsieur, dehors, c’est pas facile mais le plus difficile c’est quand on passe à côté de moi et qu’on ne me voit pas. Pas un mot. Pas un sourire. Comme si je n’existe pas. (il boit sa soupe)
Ah ! La bonne soupe ! Elle me réchauffe le cœur. Vraiment, je vous remercie. Voilà, merci bien. (il prend ses affaires, se lève et repart)

Lecteur : Siméon le rattrape.
Siméon : Attendez, attendez. Vous n’allez pas partir dans cet état ! Prenez mon manteau bien chaud. Il n’est pas neuf mais il vous tiendra. Et puis , prenez donc ces souliers que je viens de terminer cet après-midi.
SDF : Merci, merci. (il sort)
Lecteur : Siméon le ramène à la porte et revient tout triste de n’avoir pas vu le visiteur annoncé. Fatigué par une si longue journée, Siméon s’endort sur la table.
Oh nuit de passage, Fils de Dieu tu nous éclaires.
Oh nuit de passage, sainte nuit, temps de grâces
Noël, gloire à Dieu !
Christ est venu, joie pour les hommes
Oh nuit de passage, sainte nuit, temps de grâces

Lentement la pendule égrena les douze coups de minuit. Une lumière aveuglante de nouveau l’envahit, et la même voix ce fit entendre :
Le Seigneur : « Siméon ! Siméon ! »
Siméon : Je t’ai attendu toute la soirée. Pour toi, j’avais tout rangé, mis une belle nappe et préparé un bon repas. Mais dis-moi, pourquoi n’es-tu pas venu ?
Le Seigneur : Mais, je suis venu ! Le petit garçon qui pleurait, c’était moi. La vielle dame toute transie, c’était moi. Le mendiant affamé, c’était encore moi. ! » (les différents personnages entrent au fur et à mesure). Siméon, je te remercie pour toutes ces belles actions que tu as accomplies ce soir car en vérité je te le dis tout ce que vous faites aux plus petits de mes enfants, c’est à moi que vous le faites.
silence
Et toi qui es venu ce soir, toi qui entends ma voix, m’accueilleras-tu chez toi ?
Lecteur : Il est venu chez les siens et les siens ne l’ont pas reçu, mais à ceux qui l’ont accueilli il a donné le pouvoir de devenir enfant de Dieu.

C’est Noël chaque fois qu’on essuie une larme dans les yeux d’un enfant
C’est Noël chaque fois qu’on dépose les armes chaque fois qu’on s’entend
C’est Noël sur la terre chaque fois qu’on arrête une guerre et qu’on ouvre ses mains
C’est Noël chaque fois qu’on force la misère à reculer plus loin
C’est Noël sur la terre chaque jour. Car Noël, ô mon frère, c’est l’Amour

Bon réveillon de Noël !

Aujourd’hui le ciel s’est penché sur la terre,
Un Sauveur nous est donné.
Que la terre exulte et tressaille de joie !
Gloire à Dieu au plus haut des cieux.

1. Au milieu du bruit des guerres
Un grand cri a retenti !
Le Sauveur que tous espèrent,
Nous est né en cette nuit.

2. Nous marchions dans les ténèbres,
Sa clarté a resplendi !
L’Enfant Dieu, la vraie lumière
Illumine notre vie.

3. Pour tous ceux qui désespèrent,
Entonnons ce chant de Joie,
Qui pourra changer la terre,
Si nous lui prêtons nos voix !

4. Renonçons à nos discordes
Demeurons dans l’u-ni-té
Jésus est miséricorde
Il est prince de la paix.

5. En ce jour de sa naissance
Oublions nos divisions.
Fortifiés dans l’espérance
Échangeons notre pardon.

6. Regardons cette humble Crèche
Où le Roi du monde dort
Il a pris notre faiblesse
Et en lui nous sommes forts.

7. Adorons dans ce Mystère
L’Enfant Roi, Dieu éternel,
Il apporte sur la terre
Le salut, la joie du ciel !

qrcode:http://paroissemoufia.re/Messe-de-la-nuit-de-Noel