Bandeau
PAROISSEMOUFIA
Slogan du site
Descriptif du site
Adoration du Saint Sacrement « Quiconque s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé »
Article mis en ligne le 25 août 2016
Imprimer logo imprimer

Comme tous les vendredis de 7h à 11h30, le Saint Sacrement est exposé.
De 7h00 à 10h30 l’adoration est silencieuse, de 10h30 à 11h30 il y a une animation.
N’hésitez pas à adorer Jésus ! Il est là il vous attend !

Pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer, voici le déroulement de l’adoration animée.

Venez, approchez-vous, Soyez bénis, soyez nourris
Venez, l’amour est partagé. Aucun n’est digne, chacun est invité.

1- Venez, n’attendez pas, Il a préparé ce repas.
Osez, venez déposer. Vos nuits, vos croix, Voyez, il nous ouvre la joie.

2- Venez, n’attendez pas, Il vient apaiser chaque soif.
Osez, venez déposer. Vos cœurs, vos choix, Voyez, il nous donne la joie.

3- Venez, n’attendez pas, Il vient pour allumer la foi.
Osez, venez déposer. Vos peurs, vos voix, Voyez, il devient notre joie.

Traçons sur nous le signe de la croix

Inviter et être invité. Donner et recevoir…
Comment répondons-nous aux invitations
et à la reconnaissance de nos frères et sœurs ?
Choisissons-nous l’humilité et la simplicité ?
Et lorsqu’à notre tour, nous invitons nos frères, avons-nous le courage
de dépasser nos antipathies ? Dieu nous y encourage !
Écoutons la voix du seigneur

Nous pouvons nous asseoir

1 - Ecoute la voix du Seigneur,
Prête l’oreille de ton cœur.
Qui que tu sois, ton Dieu t’appelle,
Qui que tu sois, il est ton Père.
Toi qui aimes la vie, ô toi qui veux le bonheur,
Réponds en fidèle ouvrier de sa très douce volonté.
Réponds en fidèle ouvrier de l’Evangile et de sa paix.

2 - Ecoute la voix du Seigneur,
Prête l’oreille de ton cœur.
Tu entendras que Dieu fait grâce,
Tu entendras l’Esprit d’audace.
Toi qui aimes la vie, ô toi qui veux le bonheur,
Réponds en fidèle ouvrier de sa très douce volonté.
Réponds en fidèle ouvrier de l’Evangile et de sa paix.

Oui Seigneur, nous sommes là ce matin pour te louer, t’adorer, te rendre grâce, écouter ta Parole, te confier nos vies…
Toi le Dieu tout-puissant de qui vient tout don parfait, enracine en nos cœurs
l’amour de ton nom ; resserre nos liens avec toi, pour développer ce
qui est bon en nous ; veille sur nous avec sollicitude,
pour protéger ce que tu as fait grandir.
Prends pitié de moi, Seigneur, toi que je supplie tout le jour ;
toi, tu es bon, tu pardonnes, tu es plein d’amour pour tous ceux qui t’appellent.

Pardon, Seigneur, pardon pour notre orgueil, nos résistances ;
Viens enlever nos suffisances et chasser notre arrogance.
Pardon, Seigneur, pardon pour toutes nos pensées impures ;
Viens changer nos cœurs si durs, nos raisonnements obscurs.

Ô relève-nous, nous sommes tombés si bas.
Ô relève-nous par ta grâce et ton pardon,
Aie pitié de nous, nous nous humilions devant toi.

 Pardon, Seigneur, pardon pour tant de paroles mauvaises ;
Viens adoucir nos mots, nos lèvres, et que nos querelles s’apaisent.
Pardon, Seigneur, pardon de toujours garder rancune ;
Viens changer notre amertume, transformer notre attitude.
 
Envoie Seigneur ton Esprit Saint sur nous tous ici présents…

Envoie ton Esprit saint ton feu d’amour divin
Déploie ton cœur et viens nous sauver
Délivre-nous de nous, délivre-nous de tout
Ce qui refuse en nous de t’aimer

Du sang de ton Agneau, déverse en nous le flot
Des abondantes eaux de ton pardon
Viens inonder nos vies
Restaure-nous, guéris Ton Église

Reçois de nous Seigneur le chant de notre cœur
Du lieu où tu demeures, réponds-nous
Par plus d’amour encore plus puissant et plus fort
Viens sanctifier ton corps, Parle-nous
 
Nous nous mettons debout pour écouter la Parole

Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluuia,
Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluuia

Nous te louons, nous t’acclamons
Jésus vivant, Toi le Ressuscité
Nous te louons, nous t’acclamons
Verbe de vie, la Parole incarnée

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (14, 1. 7‑14)
« Quiconque s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé »
Un jour de sabbat, Jésus était entré dans la maison d’un chef des pharisiens pour y prendre son repas, et ces derniers l’observaient. Jésus dit une parabole aux invités lorsqu’il remarqua comment ils choisissaient les premières places, et il leur dit : « Quand quelqu’un t’invite à des noces, ne va pas t’installer à la première place, de peur qu’il ait invité un autre plus considéré que toi. Alors, celui qui vous a invités, toi et lui, viendra te dire : “Cède-lui ta place” ; et, à ce moment, tu iras, plein de honte, prendre la dernière place. Au contraire, quand tu es invité, va te mettre à la dernière place. Alors, quand viendra celui qui t’a invité, il te dira : “Mon ami, avance plus haut”, et ce sera pour toi un honneur aux yeux de tous ceux qui seront à la table avec toi. En effet, quiconque s’élève sera abaissé ; et qui s’abaisse sera élevé. » Jésus disait aussi à celui qui l’avait invité : « Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, n’invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins ; sinon, eux aussi te rendraient l’invitation et ce serait pour toi un don en retour. Au contraire, quand tu donnes une réception, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles ; heureux seras-tu, parce qu’ils n’ont rien à te donner en retour : cela te sera rendu à la résurrection des justes. » Acclamons la Parole de Dieu !

Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluuia,
Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluuia

Gloire à Toi, Seigneur,
Ton Évangile est vérité.
Gloire à Toi, Seigneur,
Ton Évangile est liberté.

-Méditation-
Jésus est invité à un repas chez un chef de pharisien.
(Les Pharisiens sont un groupe religieux opposé à Jésus. Mais Jésus est un homme libre capable de fréquenter tout le monde : publicain, pharisien, pécheur…).
Donc Jésus est invité chez un pharisien et il remarque que certains choisissent les places d’honneur pour bien se faire voir, comme dans notre société actuelle où chacun essaie de se mettre en valeur comme il peut.
Jésus nous rappelle que pour lui ce qui compte, c’est l’humilité, la simplicité, la modestie.
Jésus dit « Quand tu es invité, va te mettre à la dernière place » ; car le dernier est plus prêt que l’orgueilleux (celui qui choisit la première place) à accueillir par grâce, le don de Dieu, qu’il pense ne pas mériter.
Oui, il faut se savoir « faible », « petit », « dernier » devant Dieu pour lui faire totalement confiance en renonçant à s’appuyer sur ses propres forces. Oui, pour être admis au Royaume de Dieu il faut se faire petit comme un enfant.
Et c’est le maître du Festin, Dieu lui-même qui prend l’initiative et qui dit au « petit », au dernier « Viens, avance plus haut ». Quel bonheur !
L’orgueil est un grand péché. Celui qui croit avoir mérité le ciel ne peut prendre place au Royaume de Dieu. Nos vies sont surtout riches des autres et de notre relation à Dieu. Si nous l’oublions, un grand vide se creuse en nous.
« Qui s’abaisse sera élevé » dit Jésus.
Le monde moderne n’admet pas cette attitude.
S’abaisser aujourd’hui se traduit par s’écraser, démissionner, céder, ramper. On met en avant le développement, le bien-être, le confort, l’épanouissement, la promotion.
Pourtant l’abaissement est une grande chose pour Jésus qui l’a d’abord vécu avant de nous le recommander (Jésus s’est fait homme, il s’est fait serviteur, il a lavé les pieds de ses apôtres, il est mort sur la croix comme un bandit) pour nous sauver.
C’est dans l’abaissement que Jésus a manifesté sa grandeur suprême, sa gloire. Jésus était l’Amour Absolu.
Nous sommes loin nous le voyons des simples règles de politesse à table. Nous sommes invités à gagner le Royaume de Dieu en étant discret, simple, humble, en étant le dernier, le serviteur de tous. Il faut donner et servir sans attendre de retour.
« Quand tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles, et tu seras heureux ».
Oui, selon Jésus ce sont les méprisés, les handicapés, les pauvres, les exclus qui ont les faveurs de Dieu et qui sont invités à la Table du Festin royal.
Malade, souffrant, pauvre, humilié, tu es aimé de Dieu. Pécheur, honteux, blessé, dernier, tu es aimé de Dieu. Le cœur de notre Dieu est plus grand que notre cœur.
Le souvenir de ce repas chez un chef pharisien offre à Jésus l’occasion de nous redire l’essentiel.
Le vrai disciple du Christ ne se met pas en avant. Il attend patiemment d’être visité par le Seigneur. Et le Seigneur vient à lui à travers les plus humbles, ceux qui n’ont rien à lui rendre ni rien de particulièrement aimable.
Heureux les humbles, ils possèderont la terre promise, ils verront Dieu.

1- Il s’est abaissé en devenant obéissant
Il s’est dépouillé de sa gloire
C’est pourquoi Dieu L’a élevé et Lui a donné
Le Nom au-dessus de tout nom (bis)

Il est là, Jésus Sauveur Dieu de tendresse et de paix
Il est là, Il nous sauve, Il est notre maître et Seigneur

2- Il est la lumière descendue dans notre nuit
Il vient éclairer nos ténèbres
C’est par Lui que nous connaissons la fidélité
L’amour tendre de notre Dieu (bis)

3- Il a revêtu le vêtement du serviteur
Il donne Sa vie en exemple
« Je suis doux et humble de cœur marchez dans mes pas
Et vous trouverez le repos » (bis)

Prosternez-vous devant votre Roi.
Adorez-le de tout votre cœur.
Faîtes monter vers sa Majesté
Des chants de gloire, pour votre Roi des Rois.

-silence-

Je vous aime, ô mon Dieu, et mon seul désir
est de vous aimer jusqu’au dernier soupir de ma vie.
Je vous aime, ô Dieu infiniment aimable, et j’aime mieux mourir
en vous aimant que de vivre un seul instant sans vous aimer.
Je vous aime, ô mon Dieu, et je ne désire le ciel que pour avoir
le bonheur de vous aimer parfaitement.
Je vous aime, ô mon Dieu, et je n’appréhende l’enfer
que parce qu’on y aura jamais la douce consolation de vous aimer.
Ô mon Dieu, si ma langue ne peut dire à tout moment que je vous aime,
du moins je veux que mon cœur vous le répète autant de fois que je respire.
Ah ! Faites-moi la grâce de souffrir en vous aimant, de vous aimer en
souffrant, et d’expirer un jour en vous aimant et en sentant que je vous aime.
Et plus j’approche de ma fin, plus je vous conjure d’accroître mon amour
et de le perfectionner. Amen

Je vous aime, ô mon Dieu, et mon seul désir est de vous aimer
de vous aimer jusqu’au dernier soupir de ma vie.
jusqu’au dernier soupir de ma vie.

 1- Ô Dieu Saint, Tu as fait de mon cœur
le Ciel de ta demeure, un temple sacré !
Père, Fils et Saint-Esprit,
Ton Amour est pour moi le plus grand des trésors !
 
Je vous aime, ô mon Dieu, et mon seul désir est de vous aimer
de vous aimer jusqu’au dernier soupir de ma vie.
jusqu’au dernier soupir de ma vie.

2. Chaque jour, Dieu veut nous pardonner
Et rien n’est plus facile que de se sauver !
Dieu nous presse et nous poursuit :
Lui qui nous à créés, il veut nous racheter.

3. Soyons saints, Rayonnons le Seigneur !
Là où tous les saints passent, Dieu passe avec eux.
Leur bonheur est de l’aimer,
Ils sont amis de Dieu en se perdant pour lui-.

4. En son cœur, La Vierge n’est qu’amour,
Elle attend nos prières pour les exaucer !
Aucune grâce du Ciel ne peut venir à nous
Sans passer par ses mains.

- PRIONS POUR LES PRETRES-

Seigneur Jésus, présent au Très Saint Sacrement,
tu as voulu rester présent parmi nous au moyen de tes Prêtres,
fais que leurs paroles ne soient que les tiennes,
que leurs gestes soient les tiens,
que leur vie soit un reflet fidèle de la tienne.
Qu’ils soient les hommes qui parlent à Dieu
des hommes et parlent aux hommes de Dieu.
Qu’ils ne soient pas craintifs dans le service,
en servant l’Église comme Elle veut être servie. 
Qu’ils soient des hommes, des témoins de l’éternel dans notre temps, en marchant par les sentiers de l’histoire du même pas que toi et en faisant le bien à tous.
Qu’ils soient fidèles à leurs engagements, jaloux de leur vocation
et de leur donation, de clairs miroirs de leur identité propre
et qu’ils vivent dans la joie du don reçu.
Je te le demande par Sainte Marie ta Mère :
Elle a été présente dans ta vie
et sera toujours présente dans la vie de tes prêtres. Amen
 
Sel de la terre, Lumière du monde
Mais pas sans toi, Marie, Mais pas sans toi,
Sel de la terre, Lumière du monde
Mais avec toi, Marie, Oui avec toi.

-Quand le Célébrant passe avec le Saint Sacrement-

Je ne puis craindre Dieu
qui pour moi s’est fait si petit
(bis)

je l’aime car il n’est
qu’Amour et miséricorde
je l’aime car il n’est
qu’Amour (bis)

-Quand le Célébrant enlève le Saint Sacrement-

 Je suis né pour te louer, je suis né pour glorifier ton nom
En toutes circonstances, Apprendre à te dire merci.
Je suis né pour t’aimer,
Je suis né pour t’adorer, mon Dieu,
Obéir à ta voix, Je suis fait (e) pour toi.

-Chant final-

Ne rentrez pas chez vous comme avant
Ne vivez pas chez vous comme avant
Changez vos cœurs, chassez vos peurs
Vivez en hommes nouveaux.

1 - A quoi bon les mots si l’on n’entends pas
A quoi bon les phrases si on n’écoute pas
A quoi bon la joie si l’on n’accueille pas
A quoi bon la vie si l’on n’aime pas

2 - Pourquoi une chanson si l’on n’chante pas
Pourquoi l’espérance si l’on n’y croit pas
Pourquoi l’amitié si l’on n’accueille pas
Pourquoi dire l’amour si l’on n’aime pas ?

Forum
Répondre à cet article



puce Plan du site puce Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2015-2017 © PAROISSEMOUFIA - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.80.10