Bandeau
PAROISSEMOUFIA
Slogan du site
Descriptif du site
Adoration du Saint Sacrement "3ème semaine du Carême"
Article mis en ligne le 16 mars 2017
Imprimer logo imprimer

Comme tous les vendredis le Saint Sacrement est exposé à l’église, de 7h00 à 11h30.
N’hésitez pas à adorer Jésus, il est là et vous attends !

Allons à la source, Jésus nous appelle,
Exultons de joie, de Son Cœur jaillit l’Eau Vive !
Allons à la source, Jésus nous appelle,
Exultons de joie, de Son Cœur... jaillit l’Eau Vive !

1-Seigneur toi seul est le chemin, Tu es la Vie, la Vérité.
Nous mettons nos pas dans les tiens, pour chaque jour Te rencontrer !

2-Dans nos déserts Tu nous rejoins, nous avançons dans la confiance.
Vers Toi nous élevons les mains : nous avons soif de Ta Présence !

Allons à la source, Jésus nous appelle,…
de son Cœur...jaillit l’Eau Vive, nous irons puiser... pour l’éternité
de son Cœur...jaillit l’Eau Vive, nous irons puiser... pour l’éternité

Oui Seigneur, de ton cœur jaillit l’eau Vive, traçons sur nous le signe de la croix.
Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit . Amen !

Nous entrons dans la 3ème semaine du Carême.
Jésus devient notre prochain jour après jour, si nous le voulons.
Et nous avons besoin de cette proximité.
Bien souvent nous le cherchons, alors qu’il est là, tout près de nous.
Déjà là, et encore à venir. Assis à la margelle d’un puits,
au cœur de notre vie quotidienne, Jésus nous guette et nous attend.
Improbable rencontre qui nous surprend toujours mais qui
change à jamais notre vie. Ah, si nous savions le don de Dieu !

Si tu savais le don de Dieu
C’est toi qui m’aurais demandé à boire
Je suis ton Dieu, ton créateur,
Viens reposer sur mon cœur

-nous pouvons nous asseoir-

Seigneur, le temps du carême, c’est le moment favorable pour changer de vie.
Nous voici devant toi comme tous les vendredis nous venons te louer,
t’adorer, te confier nos vies, te rendre grâce pour tout ce que tu nous donnes.
et particulièrement nous reposer sur ton cœur.
Nous savons que tu es là présent dans cette hostie exposée à notre adoration.
Nous t’offrons notre vie telle qu’elle est, avec ses richesses et ses pauvretés.

-silence-

Tu es là présent, livré pour nous. Toi le tout petit, le serviteur.
Toi, le Tout Puissant, humblement tu t’abaisses.
Tu fais ta demeure en nous Seigneur.

Le pain que nous mangeons,
le vin que nous buvons, c’est ton corps et ton sang,
Tu nous livres ta vie, tu nous ouvres ton cœur,
tu fais ta demeure en nous Seigneur.

Oui Seigneur tu fais ta demeure en nous.
Tu es la source de toute bonté, et toute miséricorde vient de toi ;
tu nous as dit comment guérir du péché par le jeûne, la prière et le partage ;
écoute l’aveu de notre faiblesse : nous avons conscience de nos fautes,
patiemment, relève-nous avec amour.

Pardon, Seigneur pardon, pour notre orgueil, nos résistances ;
Viens enlever nos suffisances et chasser notre arrogance.
Pardon, Seigneur pardon, pour toutes nos pensées impures ;
Viens changer nos cœurs si durs, nos raisonnements obscurs.

Ô relève-nous, nous sommes tombés si bas.
Ô relève-nous par ta grâce et ton pardon,
Aie pitié de nous, nous nous humilions devant toi. 
 
 

Pardon, Seigneur pardon, pour tant de paroles mauvaises ;
Viens adoucir nos mots, nos lèvres, et que nos querelles s’apaisent.
Pardon, Seigneur pardon, de toujours garder rancune ;
Viens changer notre amertume, transformer notre attitude.

 -silence-

Seigneur, nous te confions tous ceux qui nous ont demandé de prier pour eux... Laissons la vie de Dieu jaillir en nous.

Plonge-moi dans ta rivière d’amour,
Plonge mon esprit dans les profondeurs de ta joie.
Inonde le désert de mon âme par la douce pluie du ciel.

Mon âme est rafraîchie ; quand ton onction m’envahit,
Je suis restauré, guéri, quand ton onction m’envahit.

Nous nous mettons debout, pour écouter la Parole de Dieu qui éclaire nos pas

Ta Parole est une lampe devant mes pas elle éclaire mon sentier (bis)
Quand parfois je crains d’avoir perdu mon chemin,
Tu es toujours tout près de moi.
Non, je ne craindrai rien, car tu me tiens par la main,
Tout près de moi jusqu’à la fin.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
(4, 5‑42)
« Une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle »
En ce temps-là, Jésus arriva à une ville de Samarie, appelée Sykar, près du terrain que Jacob avait donné à son fils Joseph. Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué par la route, s’était donc assis près de la source. C’était la sixième heure, environ midi. Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l’eau. Jésus lui dit : « Donne-moi à boire. » La Samaritaine lui dit : « Comment ! Toi, un Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ? »
En effet, les Juifs ne fréquentent pas les Samaritains. Jésus lui répondit : « Si tu savais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : “Donne-moi à boire”, c’est toi qui lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive. » Elle lui dit : « Seigneur, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond. D’où as-tu donc cette eau vive ? Serais-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, avec ses fils et ses bêtes ? » Jésus lui répondit : « Quiconque boit de cette eau aura de nouveau soif ; mais celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle. » La femme lui dit : « Seigneur, donne-moi de cette eau, que je n’aie plus soif, et que je n’aie plus à venir ici pour puiser. » Jésus lui dit : « Va, appelle ton mari, et reviens. » La femme répliqua : « Je n’ai pas de mari. » Jésus reprit : « Tu as raison de dire que tu n’as pas de mari : des maris, tu en as eu cinq, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari ; là, tu dis vrai. » La femme lui dit : « Seigneur, « je vois que tu es un prophète !... Je sais qu’il vient, le Messie, celui qu’on appelle Christ. Quand il viendra, c’est lui qui nous fera connaître toutes choses. » Jésus lui dit : « Je le suis, moi qui te parle. » Beaucoup de Samaritains de cette ville crurent en Jésus, à cause de la parole de la femme qui rendait ce témoignage : « Il m’a dit tout ce que j’ai fait. » Acclamons la Parole de Dieu !

Ta parole est une lampe devant mes pas, Elle éclaire mon sentier. (bis)
Je n’oublierai pas ton grand amour pour moi,
Pourtant parfois je doute encore.
Ô Jésus, guide moi, garde moi tout près de toi,
Je veux t’aimer jusqu’à la fin

-Méditation-
L’Evangile de Jean raconte la rencontre auprès d’un puits entre Jésus et une femme samaritaine restée anonyme. Jésus parle à une femme. A son époque, un juif n’adressait jamais la parole à une femme en public, encore moins à une samaritaine, méprisée par les juifs. Jésus brise ce tabou raciste, il s’adresse à elle.
Par sa profondeur, ce récit met en scène une femme qui fait un long chemin. Elle part de ces préjugés samaritains contre Jésus, ce juif voyageur, pour reconnaître en lui la source de vie.
Le puits dans les civilisations juives est un lieu symbolique : lieu de la vie dans un lieu sec, désertique. Lieu de rencontres amoureuses. La samaritaine rencontre Jésus, un juif fatigué, assoiffé, un ennemi pour elle.
De cette rencontre, il va sortir 2 choses : une transformation bouleversante, la révélation de Jésus comme Messie.
Entre Jésus et la femme, un dialogue s’installe, marqué par l’ironie (toi, un juif, tu me demandes à boire ?).
La demande de Jésus « donne-moi à boire » conduit à un retournement extraordinaire. Jésus a soif de notre amour, de notre foi. Par sa réponse « Si tu savais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : “Donne-moi à boire”, c’est toi qui lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive », Jésus introduit la femme dans un univers étrange. Dans la Bible, l’eau vive est l’image même de Dieu qui donne la vie.
En ce juif assoiffé, la samaritaine reconnaît quelqu’un qui peut lui donner une eau vive plus durable et plus urgente que l’eau du puits. La femme s’interroge : mais qui est-il ce juif pour avoir deviné ma blessure ? (tu as eu 5 maris). Qui est-il cet homme qui scrute le cœur féminin avec une telle délicatesse ? et qui semble me dire que malgré mon expérience douloureuse, ma vie n’est pas un échec ? La femme, déstabilisée, modifie son regard sur Jésus. De « juif », il devient « Seigneur », un être mystérieux plus grand que Jacob. Le cœur de cette femme est sauvé. Dans sa vie desséchée par une existence terre à terre, superficielle, une source d’eau vive a jailli en elle.
Elle vient de faire une expérience qui la bouleverse en profondeur. Elle reconnaît que Jésus peut combler ses aspirations les plus secrètes avec l’eau vive, Jésus peut combler sa quête du vrai bonheur, ce manque d’amour.
En fait, Jésus fait exister la samaritaine autrement, comme elle n’a jamais existé auparavant (n’oubliez pas, elle a eu 5 maris). Il ne la juge pas, ne la condamne pas.
Enfin, la femme reconnaît en Jésus le Messie attendu par son peuple. Elle abandonne sa cruche, elle est certaine d’exister vraiment, elle est reconnue, aimée pour elle-même, et elle apporte son témoignage aux Samaritains, qui crurent en Jésus à cause du témoignage de cette femme pécheresse. Elle devient porte-parole et missionnaire, messagère de la Bonne Nouvelle. Elle court communiquer l’eau vive qu’elle vient de découvrir.
Toi aussi, adorateur, tu as « une source d’eau vive en toi », le sais-tu, depuis le jour de ton baptême. Est-ce que tu fais partager cette eau vive, Dieu, aux autres ?
Prions :
Seigneur Jésus, tu viens à notre rencontre. Donne-nous soif de toi.
Mon Dieu, comble nos soifs d’amour, de justice, de paix. Bénis soi-tu !
Jésus, tu étanches nos soifs pour toujours. Bénis sois-tu !
Jésus, tu es une source jaillissante de vie. Bénis sois-tu !
Que l’eau vive étanche la soif des jeunes qui cherchent un sens à leur vie.
Que l’eau vive redonne l’espérance aux malades, aux chômeurs, aux prisonniers.
Que l’eau vive guide les chefs d’état dans leur décision.
Que l’eau vive inonde de joie la communauté de Moufia, le cœur des adorateurs.
Seigneur Jésus, deviens en moi une source d’eau vive, jaillissant pour la vie éternelle. Que je n’aie plus soif de bonheur qui ne dure pas !

Jésus, tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant,
Toi seul as les paroles de la vie éternelle !
Je te suivrai, Jésus, où tu me conduiras,
Toi seul es le chemin, la vérité et la vie.

En ce temps de carême Seigneur, nous nous prosternons devant toi..

-Adoration-
(Attention aux âmes sensibles : écoutez le chant il est magnifique mais évitez de regarder la vidéo)

1- Là devant Toi, tout genou fléchira, (on se met à genoux)
Toute langue dira Tu es Seigneur
Tu monteras, tu seras élevé
Tu seras exalté en serviteur

Je Te loue mon Dieu pour Ta Majesté,
À la Croix Tu me rends la liberté
Jamais je ne pourrai imaginer,
Tout l’Amour dont Tu m’as comblé

2- C’est nos souffrances dont il était chargé
Et c’est nos fautes qu’il portait
Et nous pensions, qu’il était châtié
Et frappé par Dieu, humilié

3- C ’est par nos fautes qu’on l’a transpercé
C’est pour nous sauver qu’il s’est donné
Le châtiment qui nous obtient la paix
Est tombé sur lui, nous sommes guéris

O mon Dieu, que J’adore, Toi qui es devant moi dans le Très Saint Sacrement.
je T’offre toutes les souffrances du monde et plus particulièrement
celles de ton Eglise en détresse. Soutiens de Ta force tous nos frères
persécutés, bafoués, pourchassés. Essuie les larmes de ceux qui pleurent.
Donne la lumière et l’Espérance à ceux qui doutent et qui sont dans la nuit.
Accorde la fidélité et la persévérance à ceux qui Te sont consacrés.
Père très bon, Toi qui par la mort de Ton Fils sur la Croix, nous a révélé Ton Amour,
Regarde avec tendresse Tous Tes enfants et écoute leurs prières.

-silence-

(Attention aux âmes sensibles : écoutez le chant il est magnifique mais évitez de regarder la vidéo)

As-tu entendu parler du jardin de Gethsémani
Où cet homme méprisé, est bien seul abandonné
Ses amis sont endormis, il est tout seul dans la nuit
Les soldats vont arriver / Judas viendra l’embrasser /
Cet ami le trahissant / pour quelques pièces d’argent.
Si la justice et la haine, c’est comme une coupe pleine
Qui ne peut plus s’éloigner, ces moments sont les derniers
Renier par tous les siens, Jésus n’a plus que ses mains
Jointes dans une prière / qui monte vers Dieu son Père
Une prière d’amour / D’obéissance toujours

De Gethsémani... à Golgotha / Chemin conduit... Jésus sur la croix
De Gethsémani... à Golgotha / Il donne sa vie... pour nous ses amis
Il fait chaque pas... pour toi et moi / De Gethsémani... à Golgotha

Il donne sa vie ce jour-là, pour sauver l’humanité
Pour effacer les péchés, des hommes qui l’ont rejeté
Pourvu qu’ils veuillent l’aimer, ceux qui l’ont abandonné
Et il ouvre ses deux mains / pour nous montrer le chemin
Celui de la liberté / Celui de l’éternité
As-tu entendu parler du jardin de Gethsémani
Où l’angoisse de la mort, le saisi le prend si fort
Que l’espace d’un instant, coule de son front du sang
Dieu l’a-t-il abandonné pourquoi l’ont-ils condamné
Cet innocent sur la croix va mourir aussi pour toi

Quand jadis tu gravissais le chemin du Calvaire,
Tu pensais à nous, tu voyais chacun d’entre nous.
Aujourd’hui présent parmi nous, tu nous regardes, Seigneur,
Scrutant les cœurs pour y chercher Amour et consolation.
Tu gravis toujours le chemin du Calvaire
Quand tant de cœurs se détournent de toi….
Mais nous sommes là Jésus-Sauveur, pour te demander ton eau vive
Toi qui en es la source, répands dans nos cœurs les grâces dont nous avons besoin...
Sur le chemin de la douleur Jésus, tu as choisi d’y marcher,
par amour pour toi et moi, jusqu’au bout jusqu’à la croix

(Attention aux âmes sensibles : écoutez le chant il est magnifique mais évitez de regarder la vidéo)

Sur le chemin de la douleur, le chemin de Golgotha
Les soldats essaient de frayer une voie
Mais la foule se presse, pour voir celui qui mourra sur la croix

Il doit subir les insultes, les souffrances de son dos
Une couronne d’épines sur son front
Il affronte à chaque pas, la haine de ceux qui veulent sa mort

Sur le chemin de la douleur, le chemin de Golgotha...
Comme un agneau, Jésus le Messie est là...
Car il a choisi d’y marcher, par amour pour toi et moi
Sur le chemin de la douleur, jusqu’au bout… jusqu’à la croix…

C’est son sang qui purifie et qui nous donne la vie
A tracé nos chemins au cœur de Jérusalem

-silence-

O Jésus miséricordieux, je t’adore, j’ai confiance en toi.

1. Des torrents d’eaux vives jaillissent de ton cœur,
Des sources vives et pures de ta miséricorde,
Désaltère mon âme et renouvelle ma vie. 
Sans fin Seigneur, je veux vivre pour toi.

2. Ta miséricorde dans le Saint Sacrement,
C’est ce que ton amour a daigné m’accorder,
Mon âme espère en toi et elle s’abandonne à toi. 
Tu es fidèle et tu ne déçois pas.

3. Feu brûlant au cœur de ton amour divin,
Tu consumes mon cœur et tu le purifies,
Embrase-moi d’amour, conduis-moi par ton Esprit, 
Consacre-moi à ta miséricorde.

4. Je te livre ma vie, accepte-la.
Comme une hostie vivante, daigne la transformer,
Pour la gloire de ton nom, je veux faire ta volonté. 
O mon Jésus, ma confiance est en toi.

Chant final

Dieu est la source de ma joie.
(4 fois)

Je chanterai en tout temps sa bonté,
Je chanterai en tout temps sa sainteté.
Je chanterai en tout temps sa beauté,
Je chanterai en tout temps sa majesté.

Je chanterai ses bienfaits à jamais,
Sa bienveillance et sa paix à tout jamais.
Je chanterai ses bienfaits à jamais,
Sa bienveillance et sa paix à tout jamais

Forum
Répondre à cet article



puce Plan du site puce Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2015-2017 © PAROISSEMOUFIA - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.80.10