Bandeau
PAROISSEMOUFIA
Slogan du site
Descriptif du site
Adorons Jésus dans le très saint sacrement "Carême"
Article mis en ligne le 11 mars 2016
Imprimer logo imprimer

Seigneur, en ce temps de carême et en lien avec l’année jubilaire de la Miséricorde divine, nous venons comme tous les vendredis te louer, te rendre grâce,
pour ton Fils Jésus, par lui, tu nous montres le chemin qui nous mène à
Pâques. Nous te louons pour ce temps de désert où tu nous convies.
Tu es le Dieu Saint que nous adorons.
Tu es grand, Dieu Saint, loué soit ton nom !
Tu es grand Dieu fort, et nous célébrons
Dieu de tendresse
Ta miséricorde et ton amour !
Le Seigneur est tendresse et pitié,
Son amour est patient.
Il relève tous les accablés,
La bonté de Dieu est pour ses enfants.

Oui Seigneur nous savons combien ton regard bienveillant peut bouleverser
une vie, car il va jusqu’au pardon.
Nous te le demandons Seigneur, que l’Eglise toute entière se laisse toucher par cette bienveillance de Dieu pour aller « à la rencontre de chacun en lui offrant la bonté et la tendresse de Dieu ».

Traçons sur nous le signe de la croix
Nous pouvons nous asseoir

Nous qui sommes devant toi Seigneur nous te prions de jeter sur nous ce regard bienveillant de miséricorde, de pardon car tu es celui qui nous console,
celui qui nous pardonne, celui qui nous donne l’Espérance.
Celui qui nous dit : « Ne crains pas, je suis avec toi je te prends par la main. »

Même si pendant trop longtemps, tu as refusé de Lui parler,
Jésus connaît tes sentiments, Il est toujours prêt à recommencer.
Même si des milliers de fois, son regard tu as évité,
Angoissé, déchiré, tourmenté, vivant dans la culpabilité..
Il te tend la main encore une fois, t’ouvre le chemin, te laisse le choix.
Il te tend la main encore une fois,
Jésus voudrait tant Oh Oh te serrer dans Ses bras.

Même si tu as rejeté, cette tendre voix qui ne cesse d’appeler
Elle peut encore te diriger, souffler à ton oreille que tu es pardonné.
Ne t’inquiète plus pour demain, Dieu détient la clé de ton destin.

Ecoutons le Pape François nous parler :
La miséricorde de Dieu n’est pas une idée abstraite mais une réalité concrète à travers laquelle Dieu révèle son Amour, un amour qui vient du cœur comme un sentiment profond, naturel fait de tendresse et de compassion, d’indulgence
et de pardon. Nous sommes invités à vivre de miséricorde parce que Dieu nous fait miséricorde. L’expression la plus manifeste de l’amour miséricordieux c’est le pardon de nos péchés. Bien souvent il nous est difficile de pardonner.
Cependant le pardon est le moyen déposé dans nos mains fragiles pour atteindre la paix du cœur, pour vivre heureux.
Se défaire de la rancœur, de la colère, de la haine, de la violence, de la vengeance est la condition nécessaire pour retrouver la paix intérieure, pour ranimer la petite flamme de notre baptême, pour vivre dans la joie.

Ensemble Prions
Père toi qui es miséricordieux donne-moi un cœur pour pardonner dans les
grandes et petites choses aux personnes qui m’ont blessé, qui m’ont fait du mal
au cours de ma vie. Donne-moi un regard bienveillant, un regard miséricordieux pour que je puisse offrir aux autres un visage rayonnant de ta miséricorde.
Envoie Ton Esprit Saint sur nous…

Combien immense est ton amour, Tu nous couvres de ta grâce.
Toi, la lumière, toi, notre paix, Notre espoir se trouve en toi.

Grande est ta miséricorde, ta vérité nous transcende.
Ta main puissante nous a conduits depuis si longtemps.

Précieux Saint-Esprit, souffle de Dieu, notre ami,
Viens remplir nos cœurs de la gloire du Père.
Précieux Saint-Esprit, oh, viens sanctifier nos vies.
Apprends-nous à marcher dans tes pas.

Très Miséricordieux Jésus, dont le propre est d’avoir pitié et de nous pardonner, ne regardez pas nos péchés, mais la confiance que nous mettons en votre bonté infinie. Accueillez-nous tous dans la demeure de votre Cœur très miséricordieux, et n’en repoussez jamais personne. Nous vous en supplions par l’amour qui Vous unit au Père et au Saint-Esprit. Sœur Faustine

Nous nous mettons debout pour écouter la Parole

Ta parole est une lampe devant mes pas, elle éclaire mon sentier. (bis)
Quand parfois je crains d’avoir perdu mon chemin,
Tu es toujours tout près de moi.
Non, je ne craindrai rien, car tu me tiens par la main,
Tout près de moi jusqu’à la fin.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (8, 1‑11)
« Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à jeter une pierre »
En ce temps-là, Jésus s’en alla au mont des Oliviers. Dès l’aurore, il retourna au Temple. Comme tout le peuple venait à lui, il s’assit et se mit à enseigner. Les scribes et les pharisiens lui amènent une femme qu’on avait surprise en situation d’adultère. Ils la mettent au milieu, et disent à Jésus : « Maître, cette femme
a été surprise en flagrant délit d’adultère. Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Et toi, que dis-tu ? » Ils parlaient ainsi pour le mettre à l’épreuve, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus s’était baissé et, du doigt, il écrivait sur la terre. Comme on persistait à l’interroger, il se redressa et leur dit : « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre. » Il se baissa de nouveau et il écrivait sur la terre. Eux, après avoir entendu cela, s’en allaient un par un, en commençant par les plus âgés. Jésus resta seul avec la femme toujours là au milieu. Il se redressa et lui demanda : « Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ? » Elle répondit : « Personne, Seigneur. » Et Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. » Acclamons la Parole de Dieu !

-Méditation-

Le récit de Jean sur la femme adultère nous recentre sur le Christ qui n’est pas venu pour juger le monde, mais pour le sauver. Dans ce récit on découvre la grandeur et la beauté du Dieu miséricordieux.
Situons la scène
Jésus vient du Mont des Oliviers, il est assis, il enseigne dans le Temple d’où jaillit la source de vie, de miséricorde, de vérité. Les pharisiens et les Scribes (les docteurs de la Loi) amènent à Jésus une femme adultère et interrogent Jésus.
En fait, les Pharisiens et les Scribes veulent piéger Jésus. Ils veulent que Jésus prenne position, qu’il donne son avis par rapport à la Loi de Moïse qui ordonne de lapider ces femmes-là, pour accuser Jésus.
Les Pharisiens et les Scribes savent que Jésus aime les pécheurs, ils lui reprochent ses fréquentations.
Le procès de la femme adultère n’est qu’un prétexte pour condamner Jésus. Derrière le procès de cette femme se profile le procès de Jésus.
Quelle est l’attitude de Jésus face à la provocation ?
Jésus ne répond rien ; il dessine. Son silence inaugure le grand silence de Jésus au cours de son procès. Jésus ne lève pas le regard sur la femme, il sait sa honte, il la respecte trop. Jésus n’ose pas regarder les Pharisiens non plus. Il est miséricordieux pour eux aussi.
Les Pharisiens insistent, poussent Jésus à bout, mais Jésus les renvoie à leur propre conscience. Jésus place le débat à un autre niveau. Aux yeux de Dieu, tous les hommes sont pécheurs et tous ont besoin d’être pardonnés.
La femme sans nom de l’Evangile représente tout le peuple de Dieu (nous avec) qui délaisse Dieu, qui lui est infidèle pour se tourner vers des faux dieux : l’argent, le pouvoir, la consommation, la drogue, le sport, les plaisirs…
Tout abandon de Dieu est une sorte d’adultère qui blesse ce Dieu AMOUR.
L’infidélité du peuple envers Dieu est une sorte d’adultère. Notre infidélité à nous envers Dieu…
Jésus, du doigt, écrit sur la terre
Dans l’Ancien Testament le doigt de Dieu a écrit la Loi sur les tables de Pierre.
Voici maintenant Jésus qui écrit sur la terre une loi nouvelle, une nouvelle alliance, la loi du pardon par amour.
Jésus resta seul avec la femme
La « misère » face à la miséricorde (St Augustin). Tous les autres, les Pharisiens, les Scribes n’ont rien compris à Dieu. S’ils étaient restés avec Jésus, ils auraient été pardonnés eux aussi comme la femme.
Jésus dit à la femme « Moi non plus je ne condamne pas, va et désormais ne pèche plus »
Pour Jésus, une personne vaut plus que le mal qu’elle a fait.
La femme reçoit la parole de libération de Jésus (Je ne te condamne pas).
Ne pèche plus : ne te fais plus de mal, ni à toi, ni à ton prochain. Fais de ton mieux pour que tu sois respectée dans ton corps, que tu ne sois pas objet de désir. Choisis la vie.
Enfin, une porte d’espérance s’ouvre pour elle. La femme fait l’expérience de l’amour miséricordieux de Dieu.
C’est le pardon de Jésus qui la fait renaître à une vie nouvelle, qui lui donne la possibilité de vivre en fille bien-aimée de Dieu. Elle n’est plus adultère, elle est purifiée.
Nous aussi, comme la femme adultère, Jésus ne nous enferme pas dans notre passé. Il nous fait confiance, il nous ouvre un avenir plein d’espérance, de joie. Il nous dit « Viens et suis-moi ».
Rien, ni personne ne peut aller contre la puissance d’amour du Christ.
Il est facile d’accuser l’autre d’être pécheur. C’est oublier de se regarder soi, c’est oublier de considérer sa propre vie avant de regarder la vie de son voisin. Jésus nous invite à ne jamais juger, à ne jamais condamner, mais à regarder notre prochain avec un cœur miséricordieux, car c’est ainsi que Dieu le Père nous regarde. « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. « Ne jugez pas… ». « Ne condamnez … ». Je suis venu chercher, sauver ce qui était perdu.
Moi aussi Seigneur qui te prie en ce moment, j’ai besoin d’être sauvé, d’être purifié. Je veux rester avec Toi. Merci Jésus mon Seigneur et mon maître de demeurer avec moi. Tu es l’amour sans limites. Libère-moi, sauve-moi, pardonne-moi.

ADORATION

O Jésus miséricordieux, je t’adore, j’ai confiance en toi.

1. Des torrents d’eaux vives jaillissent de ton cœur,
Des sources vives et pures de ta miséricorde,
Désaltère mon âme et renouvelle ma vie.
Sans fin Seigneur, je veux vivre pour toi.

2. Ta miséricorde dans le Saint Sacrement,
C’est ce que ton amour a daigné m’accorder,
Mon âme espère en toi et elle s’abandonne à toi.
Tu es fidèle et tu ne déçois pas.

3. Feu brûlant au cœur de ton amour divin,
Tu consumes mon cœur et tu le purifies,
Embrase-moi d’amour, conduis-moi par ton Esprit,
Consacre-moi à ta miséricorde.

4. Je te livre ma vie, accepte-la.
Comme une hostie vivante, daigne la transformer,
Pour la gloire de ton nom, je veux faire ta volonté.
O mon Jésus, ma confiance est en toi.

O mon Dieu, que J’adore, Toi qui es devant moi dans le Très Saint Sacrement. 
Par le cœur douloureux et immaculé de la Vierge Marie, Notre Mère, 
je T’offre toutes les souffrances du monde et plus particulièrement 
celles de ton Eglise en détresse. Soutiens de Ta force tous nos frères 
persécutés, bafoués, pourchassés. Essuie les larmes de ceux qui pleurent.
Donne la lumière et l’Espérance à ceux qui doutent et qui sont dans la nuit. 
Accorde la fidélité et la persévérance à ceux qui Te sont consacrés. 
Père très bon, Toi qui par la mort de Ton Fils sur la Croix,
nous a révélé Ton Amour,
Regarde avec tendresse Tous Tes enfants et écoute leurs prières.

-silence-

As-tu entendu parler du jardin de Gethsémani
Où cet homme méprisé, est bien seul abandonné
Ses amis sont endormis, il est tout seul dans la nuit
Les soldats vont arriver / Judas viendra l’embrasser
Cet ami le trahissant / pour quelques pièces d’argent.
Si la justice et la haine, c’est comme une coupe pleine
Qui ne peut plus s’éloigner, ces moments sont les derniers
Renier par tous les siens, Jésus n’a plus que ses mains
Jointes dans une prière / qui monte vers Dieu son Père
Une prière d’amour / D’obéissance toujours

De Gethsémani... à Golgotha / Chemin conduit... Jésus sur la croix
De Gethsémani... à Golgotha / Il donne sa vie... pour nous ses amis
Il fait chaque pas... pour toi et moi /De Gethsémani... à Golgotha

Il donne sa vie ce jour-là, pour sauver l’humanité
Pour effacer les péchés, des hommes qui l’ont rejeté
Pourvu qu’ils veuillent l’aimer, ceux qui l’ont abandonné
Et il ouvre ses deux mains / pour nous montrer le chemin
Celui de la liberté / Celui de l’éternité
As-tu entendu parler du jardin de Gethsémani
Où l’angoisse de la mort, le saisi le prend si fort
Que l’espace d’un instant, coule de son front du sang
Dieu l’a-t-il abandonné / pourquoi l’ont-ils condamné
Cet innocent sur la croix /Va mourir aussi pour toi

-silence-

Apprends-moi, Seigneur, à Te découvrir dans tous ceux qui souffrent. 
Apprends-moi à porter la croix et à être le bon Samaritain de mes frères. 
Ouvre mon cœur et fais-moi répondre généreusement à Ton appel. 
Sur le chemin de la douleur Jésus, tu as choisi d’y marcher, 
par amour pour toi et moi, jusqu’au bout jusqu’à la croix.

Sur le chemin de la douleur, le chemin de Golgotha
Les soldats essaient de frayer une voie
Mais la foule se presse, pour voir celui qui mourra sur la croix
Il doit subir les insultes, les souffrances de son dos
Une couronne d’épines sur son front
Il affronte à chaque pas, la haine de ceux qui veulent sa mort
Sur le chemin de la douleur, le chemin de Golgotha...
Comme un agneau, Jésus le Messie est là...
Car il a choisi d’y marcher, par amour pour toi et moi
Sur le chemin de la douleur
Jusqu’au bout… jusqu’à la croix…

-silence-

La croix du Christ triomphera
Elle qu’on a vu paraître dans sa gloire
La croix du Christ s’illuminera
Et Jésus-Christ nous reviendra

1- Lève les yeux regarde vers la lumière
Celui qui vient a connu la croix
Lève les yeux regarde et vois paraître
Le Dieu de toute joie
Ouvre ton cœur
et laisse-toi remplir de sa grâce

2 - Laisse ta vie fleurir entre ses mains
Il te conduit par son Esprit Saint
Laisse ta vie confiance deviens modèle
De Foi pour ton prochain
Ouvre ton cœur,
rabaisse-toi Fidèle serviteur

3 - Porte la Paix, la Joie autour de Toi
Dans la charité ouvre tes mains
Porte la Paix, la Joie de Dieu en Toi
Lui-même est ton voisin
Ouvre ton cœur,
et laisse-lui te combler d’amour

La croix du Christ nous sauvera
Contemplons Dieu, Lumière,
Miséricorde
La croix du Christ s’illuminera
Il nous revient le Roi des rois

-Quand Père David passe avec le saint Sacrement-

Tournez les yeux vers le Seigneur
Et rayonnez de joie,
Chantez son nom de tout votre cœur,
Il est votre Sauveur, c’est lui votre Seigneur.

1- J’ai cherché le Seigneur
Et il m’a écouté,
Il m’a guéri de mes peurs
Et sans fin je le louerai.

2- Dieu regarde ceux qu’il aime,
Il écoute leur voix,
Il les console de leurs peines
Et il guide leurs pas.

3- Ceux qui cherchent le Seigneur
Ne seront privés de rien ;
S’ils lui ouvrent leur cœur,
Ils seront comblés de biens.

Chant d’envoi

1. Joie de lever le regard vers les monts
D’où me viendra le secours,
Secours du Seigneur tout au long des jours :
Dieu Saint, Miséricorde !

2. Joie d’être pris dans les bras du Berger :
Lui-même vient nous chercher !
Par ses blessures nous sommes guéris :
Christ est Souffle de vie !

Heureux les cœurs miséricordieux,
car ils obtiendront miséricorde !
Heureux les cœurs aimants,
Ouverts à l’amour de Dieu le Père !

3. Joie d’espérer contre toute espérance !
Qui loin de Dieu survivrait ?
Mais Son pardon vient changer nos cœurs,
Alors, vivons de Lui !

Pont : Chrétien, quitte la peur, sois fidèle :
Remets à Dieu tes soucis !
Aie confiance en lui, car il est ressuscité,
Vivant à jamais !

Forum
Répondre à cet article



puce Plan du site puce Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2015-2017 © PAROISSEMOUFIA - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.80.10