Temps de prière et d’adoration "4ème semaine de Carême"

Exposition du Saint Sacrement à la paroisse du Moufia de 7h00 à 11h30 ce vendredi juste après la messe de 6h30.

L’adoration sera silencieuse de 7h00 à 10h30.
Juste avant la bénédiction à 11h30, un temps de prière, de louange et d’adoration animé vous sera proposé à 10h30.

Jésus est là il vous attend !
N’hésitez pas venez adorer Jésus dans le Très Saint Sacrement, bien-entendu en respectant les consignes de sécurité sanitaire (distanciation et port du masque obligatoire).


"4ème semaine de Carême" diffusé sur radio arc en ciel

Bonjour à tous, le temps du Carême est un temps favorable pour se tourner vers Dieu.
En union de prière avec les chrétiens du monde entier, le pape François nous invite à mettre un peu de douceur dans nos vies et nos relations.
Avançons pas à pas vers le chemin qui mène à Pâques au rythme de la prière, du jeûne et du partage.
Dieu d’Amour, en Toi, tout est grâce, tout est don !
Dès ce dimanche, nous entrons dans la 4ème semaine de Carême, où la joie règne ; la couleur liturgique peut être violette ou rose (couleur de la joie)
Mais ma joie Seigneur c’est de croire en toi, de croire en ton amour et ma joie c’est surtout d’être sauvée !
Frères et sœurs ; revêtons-nous du Dieu trinitaire :
Lui qui es Père, Fils et Saint-Esprit - Amen.
Réjouissons-nous à présent car l’Epoux vient…

Réjouis-toi car il vient, l´Époux que rien ne retient.
En bondissant, il accourt, il fait entendre sa voix :
"Sors de la nuit, viens à moi,
Je suis à toi, pour toujours !"

1. Lève-toi, pousse des cris de joie :
Du malheur, il va te consoler.
De ton cou la chaîne tombera,
Tu seras délivrée !

2. Tu disais : ´Je suis abandonnée,
Où est Dieu, pourrait-il m´oublier ?´
Crie vers lui, il entendra ta voix,
Il prendra soin de toi.

Oui Seigneur, je suis à toi pour toujours.
J’ai confiance en Toi, je sais que tu ne m’abandonnes pas et c’est avec joie que chaque semaine nous nous réunissons pour un temps de prière d’adoration et de louange avec nos amis du Moufia et les auditeurs de radio arc en ciel.
Aussi, nous voulons te remercier et partager avec toi Seigneur, toutes les joies que nous vivons dans notre vie de tous les jours.
Mais Seigneur, tu me connais, je te demande pardon pour tous mes manques d’amour.
Avec le poids de mes péchés, je n’arrive plus à aimer, je suis si fragile, si faible …
S’il te plait, fortifie-moi, soutiens-moi et relève-moi à chaque fois que je tombe…
Oh ! Mon Dieu, j’ai besoin de Ton Amour pour me laver de mes fautes et de mes mauvaises actions.
J’ai besoin de Ta Lumière pour écarter la noirceur de mon cœur.
J’ai besoin de Ta Paix pour remplir et satisfaire mon cœur blessé.
C’est ta grâce Seigneur, que je m’approche de toi.

1. Tout mon être cherche, d´où viendra le secours,
Mon secours est en Dieu, qui a créé les cieux.
De toute détresse, il vient me libérer,
Lui le Dieu fidèle de toute éternité.

C´est par ta grâce, que je peux m´approcher de toi,
C´est par ta grâce, que je suis racheté.
Tu fais de moi, une nouvelle création,
De la mort, tu m´as sauvé par ta résurrection.

2. Tu connais mes craintes, tu connais mes pensées.
Avant que je naisse, tu m´avais appelé.
Toujours tu pardonnes, d´un amour infini.
Ta miséricorde est un chemin de vie.

Oui Seigneur, de la mort tu m’as sauvé par ta résurrection…
Dans l’évangile de Saint Luc chapitre 15, versets 1 à 3 et 11 à 32, que nous allons écouter et méditer tout à l’heure, la Parole fait résonner en nos cœurs la plénitude de l’amour  : le pardon.
Le pardon sans limites, il nous est donné par le Père, lui qui est miséricordieux.
Pardon à recevoir et à accorder à nos frères en nous mettant à l’école du Christ.
Alors grandira la réconciliation entre les hommes et dans le secret de nos cœurs.

Avec Joie, chantons !

1. Joie de lever le regard vers les monts d’où me viendra le secours,
Secours du Seigneur tout au long des jours : Dieu Saint, Miséricorde !

2. Joie d’être pris dans les bras du Berger : Lui-même vient nous chercher !
Par ses blessures nous sommes guéris : Christ est Souffle de vie !

Heureux les cœurs miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde !
Heureux les cœurs aimants, ouverts à l’amour de Dieu le Père !

3. Joie d’espérer contre toute espérance ! Qui loin de Dieu survivrait ?
Mais Son pardon vient changer nos cœurs, Alors, vivons de Lui !

Père toi qui es miséricordieux donne-moi un cœur pour pardonner dans les grandes et petites choses aux personnes qui m’ont blessé, qui m’ont fait du mal au cours de ma vie. Donne-moi un regard bienveillant, un regard miséricordieux pour que je puisse offrir aux autres un visage rayonnant de ta miséricorde. Dieu entends ma plainte, pitié exauces ma prière…

Dieu entends ma plainte, pitié exauces ma prière,
Des terres lointaines je t’appelle quand le cœur me manque
Tu me conduiras jusqu’au rocher trop loin de moi
Car tu es pour moi un refuge face à l’ennemi.

O prends pitié, ô mon Seigneur
Mon Dieu, mon Roi, mon rempart, mon Sauveur
ô prends pitié, ô mon Seigneur
Mon Dieu mon refuge, Roc de mon cœur.

Brisé, écrasé, à bout de force, mon cœur gronde.
Seigneur mon désir est devant toi, et rien ne t’échappe.
Tu es mon secours, mon Dieu, Seigneur ne tarde pas.
Je suis pauvre et malheureux, mais le Seigneur pense à moi.

Soyez fort prenez courage, vous tous qui espérez le Seigneur.
Moi je suis sûr de toi, je dis tu es mon Dieu
Sauve moi par ton amour, toi qui as vu ma détresse.
Sur ton serviteur, que s’illumine ta face.

Je te louerai, ô mon Seigneur,
Car tu entends la plainte de mon cœur
J’exalterai... ta grandeur,
Tu t’es fait proche de ton serviteur
Tu as entendu le cri de mon cœur...

Oui Seigneur, tu entends le cri de mon cœur, j’ai besoin de toi s’il te plait relève moi

Lorsque mon âme s’écroule sous la douleur
L’obscurité a envahit mon cœur
Je m’abandonne et j’attends dans le silence
Jusqu’au moment, où je sens ta présence
Relève-moi jusqu’au plus haut des sommets
Relève-moi, sur les mers déchainées
Rends-moi fort, et porte-moi dans tes bras
Relève-moi pour aimer comme toi.

Merci Seigneur de me relever … Quel jour de joie quand on m’a dit que tu m’aimais !

Oh mais quel jour de joie
Quand on m’a dit que Dieu m’aimait
Oh mais quel jour de joie
Quand Dieu est venu me sauver
Alors je danserai je le louerai et je l’adorerai
Alors je danserai je redirai
Dieu a tout changé

Chaque deuil en une danse
Ma tristesse en une joie
Mes petitesses en lieux immenses
Dieu a tout changé
Chaque peine en une chance (tout changé)
Ma détresse en une Foi (tout changé)
Mon désespoir en espérance (tout changé)
Son feu s’est allumé en moi

Chaque peur en Sa confiance
Mes ténèbres en Son éclat
Tous mes échecs en Sa puissance
Dieu a tout changé
Ma faiblesse en une force (tout changé)
Tous mes chemins par Sa voie (tout changé)
Tous mes déserts en abondance (tout changé)
Son feu s’est allumé en moi

Merci Seigneur de tout changé dans ma vie !
S’il te plait, change la vie de ceux qui ont besoin de toi…
Merci Seigneur pour le don de ton amour…

A présent nous allons écouter la Parole de Dieu que cette Parole soit une lampe devant nos pas… Qu’elle puisse éclairer notre vie…

Ta parole est une lampe devant mes pas, elle éclaire mon sentier. (bis)

Quand parfois je crains d’avoir perdu mon chemin,
Tu es toujours tout près de moi.
Non, je ne craindrai rien, car tu me tiens par la main,
Tout près de moi jusqu’à la fin.

Ta parole est une lampe devant mes pas, elle éclaire mon sentier. (bis)

Je n’oublierai pas ton grand amour pour moi,
Pourtant parfois je doute encore.
Ô Jésus, guide moi, garde moi tout près de toi,
Je veux t’aimer jusqu’à la fin

Ta parole est une lampe devant mes pas, elle éclaire mon sentier. (bis)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc chapitre 15, versets 1 à 3. et 11 à 32

En ce temps-là, les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter. Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : « Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! » Alors Jésus leur dit cette parabole : « Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : “Père, donne-moi la part de fortune qui me revient.” Et le père leur partagea ses biens. Peu de jours après, le plus jeune rassembla tout ce qu’il avait, et partit pour un pays lointain où il dilapida sa fortune en menant une vie de désordre. Il avait tout dépensé, quand une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin. Il alla s’engager auprès d’un habitant de ce pays, qui l’envoya dans ses champs garder les porcs. Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui donnait rien. « Alors il rentra en lui-même et se dit : “Combien d’ouvriers de mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ! Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils. Traite-moi comme l’un de tes ouvriers.” Il se leva et s’en alla vers son père. Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut saisi de compassion ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. Le fils lui dit : “Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils.” Mais le père dit à ses serviteurs : “Vite, apportez le plus beau vêtement pour l’habiller, mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds, allez chercher le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons, car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.” Et ils commencèrent à festoyer. « Or le fils aîné était aux champs. Quand il revint et fut près de la maison, il entendit la musique et les danses. Appelant un des serviteurs, il s’informa de ce qui se passait. Celui-ci répondit : “Ton frère est arrivé, et ton père a tué le veau gras, parce qu’il a retrouvé ton frère en bonne santé.” Alors le fils aîné se mit en colère, et il refusait d’entrer. Son père sortit le supplier. Mais il répliqua à son père : “Il y a tant d’années que je suis à ton service sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis. Mais, quand ton fils que voilà est revenu après avoir dévoré ton bien avec des prostituées, tu as fait tuer pour lui le veau gras !” Le père répondit : “Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. Il fallait festoyer et se réjouir ; car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé !” »

Ta parole est une lampe devant mes pas, elle éclaire mon sentier. (bis)

-Méditation-
Des gens se pressent pour écouter Jésus et Jésus fait bon accueil aux pécheurs. Les scribes et les pharisiens, conscients de l’incompatibilité entre la sainteté de Dieu et les pécheurs sont choqués de voir Jésus côtoyer des pécheurs.
Alors, Jésus raconte cette parabole pour leur faire découvrir le vrai visage de leur Père qu’ils ne connaissent pas encore.
Dans cette histoire, le personnage principal c’est le Père avec un P majuscule.
Ce père a 2 fils, et ces 2 fils ont un point commun : leur relation avec leur père et leur manière de calculer par rapport aux richesses et à l’abondance de leur père, qu’ils considèrent comme un dû.
Les 2 fils veulent s’emparer des biens du père, de ses richesses.
Le Père ( avec un grand P ) est à mille lieues des calculs ; il ne veut pas entendre parler de mérites, de comptabilité, il aime ses fils, c’est tout.
Ce Père, n’est que don gratuit, amour, pardon, respect de la liberté.
Aussi, quand le fautif, le fils cadet revient vers lui après avoir dilapidé ses biens, le père ne demande aucune explication, il se précipite pour faire une vraie fête des noces, tout y est : la bague, les sandales, les beaux vêtements, la musique, la fête… car mon fils était mort et il est revenu à la vie. Cette fête est le signe que l’Alliance est rétablie entre le père et le fils et que le fils entre à nouveau dans la joie du Père.
Le fils aîné est jaloux. Il ne voit pas tout l’amour dont il est comblé (tout ce qui est à moi est à toi, dit le Père) non, il est jaloux ce fils ainé, il veut accaparer les biens du père pour lui tout seul. Il n’a pas compris que Dieu distribue ses dons, ses richesses, ses biens en abondance et Dieu distribue ses richesses à tous sans exception ; personne ne mérite plus que l’autre, Dieu donne la même part à chacun de ses enfants.
Celui qui cherche à posséder plus rompt la relation avec Dieu et se coupe de la source de la vie, de l’amour et de la joie.
Etre fils ou fille de Dieu c’est être capable d’avoir accès à l’abondance de Dieu, à ses dons, à ses richesses sans se croire propriétaire et permettre à l’autre d’avoir accès lui-aussi.
Nous ne méritons rien de tout ce que nous recevons gratuitement au cours de notre existence.
Cette parabole est une invitation à profiter des dons sans limite que la vie nous offre, car tout ce qui est au Père est aussi à tous ses enfants et tout est à partager et non pas à garder pour soi.
L’amour de Dieu le Père est plus grand que tout ; n’ayons jamais peur de revenir vers Dieu !
Que nous soyons païens, athées, non-croyants, pécheurs, que nous soyons éloigné de l’église nous serons toujours accueillis à bras ouverts par Dieu notre Père.
Avec Dieu, il n’est question que d’amour, de joie, de fête lorsque nous revenons vers lui, lorsque nous nous reconnaissons pécheurs et que nous accueillons le Sacrement de Réconciliation.
Ami chrétien, Demande à Jésus et à l’Esprit Saint de t’aider à faire ton examen de conscience, à scruter le fond de ton cœur, le fond de tes pensées sans avoir peur de ne plus être aimés.
Le Christ invite chacun à faire la paix avec soi-même, à vivre dans l’harmonie et la solidarité et à accueillir le doux pardon du Père de tendresse.
La fête de la vie, la fête de Pâques n’en sera que plus belle !

Prions : Je bénirai le Seigneur en tout temps, sa louange sans cesse à mes lèvres.
Magnifiez le Seigneur avec moi, exaltons tous ensemble son nom !
Que les pauvres m’entendent et soient en fête !

Je bénirai le Seigneur en tout temps
Je bénirai le Seigneur en chantant
Son amour est si fort, et son nom est si grand,
En tout temps, je bénirai
En chantant, je bénirai.

J’avancerai avec lui cœur aimant
J’avancerai avec lui cœur brûlant
Et malgré, le brouillard, la froidure et le vent
Je dirai : « Dieu seul est GRAND »
Je dirai : « Dieu seul est GRAND ».

Je bénirai le Seigneur en tout temps
Je bénirai le Seigneur en chantant
Son amour est si fort, et son nom est si grand,
En tout temps, je bénirai
En chantant, je bénirai.

Seigneur, illumine nos cœurs par la splendeur de ta grâce : Que nos pensées soient toujours dignes de toi et qu’ainsi nous puissions t’aimer sincèrement et marcher en toute confiance jusqu’à la grande joie de Pâques ! AMEN !

Puisque je suis pour toujours son enfant
Puisque pour moi il est un père aimant
Bras ouverts, chaque jour, chaque instant il m’attend.
Je dirai : « Dieu seul est GRAND »
Je dirai : « Dieu seul est GRAND ».

Je bénirai le Seigneur en tout temps
Je bénirai le Seigneur en chantant
Son amour est si fort, et son nom est si grand,
En tout temps, Je bénirai
En chantant, je bénirai.

Mon Dieu, tu es un Père merveilleux.
Tu es bon, tu es miséricordieux et plein d’amour.
Je suis ton enfant et je suis heureux.
Je me sens en sécurité entre tes mains.
Tu es là, près de moi, tu m’aimes, je t’adore et je t’aime.
Fais-moi accomplir ta sainte volonté.
Nous avons tout reçu de toi et nous ne pouvons t’offrir que ce qui nous vient de toi.

Ô Jésus, digne es-tu de recevoir la louange et l’honneur. (bis)

Tu es Dieu et je suis à toi / Tu es Dieu, Tu es Dieu
Tu es Roi et je fléchis les genoux devant toi, O mon Roi

Tu es Saint et tu sièges en majesté, dans la gloire, dans les cieux. (bis)

« O Seigneur notre Dieu, Vous êtes le seul Roi très Saint et Souverain de toutes les Nations, nous Vous prions, Seigneur, en espérant ardemment recevoir de Vous, ô Divin Roi, Miséricorde, paix, Justice et tous biens. Protégez, ô Seigneur notre Roi, nos familles et notre terre natale. Prenez soin de nous, nous Vous en prions, ô Dieu très Fidèle ! Protégez-nous contre nos ennemis et épargnez-nous Votre Juste Jugement. Pardonnez-nous, ô Souverain Roi nos péchés à Votre égard. Jésus, Vous êtes un Roi de Miséricorde. Nous méritons Votre Juste Jugement. Ayez pitié de nous, Seigneur, et pardonnez-nous. Nous avons confiance en Votre Grande Miséricorde. O Roi éblouissant de splendeur, nous nous inclinons devant Vous et nous Vous prions ; que Votre Règne arrive, que Votre Royauté soit reconnue sur la terre. Amen. »

Le Roi dans sa splendeur, vêtu de majesté,
La terre se réjouit, la terre se réjouit.
Il est paré d’éclat, la nuit essaie de fuir
Au son de sa voix, au son de sa voix.

Ô Dieu, tu es grand !
Nous chantons : Ô Dieu, tu es grand !
Et tous verront, Ô Dieu, combien tu es grand !

Car d’âge en âge il règne. Les temps sont dans sa main.
Commencement et fin, commencement et fin.
Le Père, le Fils, l’Esprit, Trinité divine.
Le lion et l’agneau, le lion et l’agneau.

Le plus grand des noms. Digne de louange.
Mon cœur s’écrie ô Dieu, Tu es grand !

Oui Seigneur, tu es grand !
Nous continuons notre route vers Pâques, frères et sœurs, merci pour votre précieuse participation !
Que le Seigneur nous bénisse, qu’il nous garde de tout mal et qu’il nous conduise à la vie éternelle - Amen !

à Présent place à la joie !

Je suis dans la joie, une joie immense !
Je suis dans l’allégresse,
Car mon Dieu m’a libéré.
Je suis dans la joie, une joie immense !
Je suis dans l’allégresse
Car mon Dieu m’a libéré.

1. Je chanterai de tout cœur
Les merveilles de Jésus, mon Seigneur.
Il m’a ôté des ténèbres,
Il m’a délivré de tout péché. (bis)

2. Car mon Dieu est fidèle,
Il ne m’abandonne jamais.
Je n’ai plus rien à craindre
Car mon Dieu m’a libéré. (bis)